News

Christophe Castaner : « Je veux faire de notre région un lieu d’innovation »

Christophe Castaner

Juriste de formation, le député-maire de Forcalquier (Parti socialiste) est tête de liste de la gauche en Provence-Alpes Côte d’Azur. Il brigue la succession de Michel Vauzelle à la Présidence de la région.

Lev Haïr : Quel est votre projet pour ces régionales ?

Christophe Casraner : « Si je suis candidat, c’est pour toute notre Région. Mon projet est de lui insuffler une nouvelle ambition. Je veux porter les réussites de ce territoire, les soutenir et les développer, loin des discours déclinistes de mes adversaires. Je suis intimement convaincu que ce territoire peut devenir un moteur économique pour notre pays, et même pour l’Europe. Je veux en faire un lieu d’innovation, où l’on créé le monde de demain. Nous en avons tous les potentiels, à la Région de les accompagner. Pour cela, il faut de la volonté politique et une connaissance pointue des dossiers régionaux. C’est cela que je veux porter dans cette campagne ». 

Lev Haïr : Les rétro-pédélages du gouvernement ne sont-ils pas l’expression d’une position électoraliste ?

Christophe Castaner : « Le gouvernement avait envisagé de prendre en compte dans le calcul de l’AAH les revenus des capitaux de certains bénéficiaires. Il ne s’agissait nullement d’une remise en cause de la solidarité nécessaire. Mais cette proposition avait un côté « mesquin ». Nous l’avons dénoncé et corrigé. Le parlement n’est pas une chambre d’enregistrement, et les députés ne sont pas des machines à voter. C’est cela aussi une démocratie normale : les parlementaires travaillent sur les différents projets ou propositions de lois, ils les questionnent, les amendent. Ce n’est pas du rétropédalage que de faire fonctionner les institutions de la République, ce n’est pas électoraliste que d’améliorer les dispositifs législatifs en discussion au parlement ».

Lev Haïr : Beaucoup de responsables politiques saluent les mesures proposées par François Hollande, mais force est de constater que les terroristes ont toujours un temps d’avance sur les enquêteurs.

Christophe Castaner : « Toujours ? Il y a quelques semaines les services de police ont déjoué un attentat en préparation dans notre région, à Toulon. Depuis le début d’année une dizaine de « projets » d’attentats ont été déjoués. L’actualité dramatique nous rappelle que le risque zéro ne peut pas exister, mais le gouvernement se donne tous les moyens pour lutter contre le terrorisme. Nous avons fait voter une loi contre le terrorisme et pour les renseignements qui avaient été mis à mal.  Sur les renseignements, les moyens donnés à la police judiciaire et antiterroriste, les méthodes d’investigation, la détection de la radicalisation, les nouveaux moyens technologiques, le financement du terrorisme, et la lutte contre la propagande terroriste, nous sommes dans l’action ». 

Lev haïr : Comment faire face à la crise migratoire en accueillant des réfugiés tout en voulant répondre au droit inébranlable de la sécurité ?

Christophe Castaner : « De nombreux experts en sécurité et géopolitique remettent en cause l’idée véhiculée qui voudrait que des terroristes se cachent parmi les réfugiés. Leur raisonnement est froid mais limpide : envoyer des terroristes sur des bateaux est beaucoup trop risqué pour ces organisations criminelles qui mettent plusieurs mois voire plusieurs années à les former. Il semblerait d’ailleurs que le passeport syrien n’appartienne pas au terroriste en question. Je ne souhaite pas tomber dans le piège tendu par ces terroristes qui consisterait à les opposer aux réfugiés qui justement fuient Daesh. Nous avons le même ennemi que les syriens, les irakiens et les Kurdes fuyant ces barbares ». 

Lev Haïr : Pour Jean-Jacques Urvoas, exiger le port d’un bracelet électronique n’est pas une bonne solution ; il insiste sur la nécessité de ne pas mélanger suspicion et condamnation.

Christophe Castaner : « Bracelets, mosquées… ne confondons pas tout. L’objectif numéro 1 est de neutraliser les terroristes. Cela ne peut se faire que par des investigations menées par les services de renseignements qui, par définition, doivent opérer dans le secret pour remonter des filières, récolter des preuves pour les arrêter et les faire condamner. Ensuite, notre second objectif est de prévenir ces radicalisations, ce qui passe notamment par une fermeture des lieux, une meilleure surveillance dans les prisons, sur les sites internet… »

Lev Haïr : Ne devrait-on pas envisager de faire intervenir régulièrement des psychologues au sein de nos établissements scolaires ?

Christophe Castaner : « Bien sûr. Les réponses à court terme ne peuvent être que sécuritaires. Nous sommes attaqués et il nous faut nous défendre, mais je ne perds pas de vue ce qui est la responsabilité d’un homme politique : anticiper et agir sur ce que sera notre société dans six mois, cinq ou vingt ans. L’école doit être au coeur des solutions de long terme ». 

Propos recueillis par Aline Barbero

 

Pour plus d’informations : http://www.christophe-castaner.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Magazine mensuel gratuit consacré à l’information culturelle et cultuelle de la communauté juive de France. Une nouvelle approche rédactionnelle moderne à travers des rubriques pratiques de la vie quotidienne (En direct d’Israël, Mode, Santé, Bien-être, beauté, psycho, Education, Couples, cuisine, culture…) son histoire et ses acteurs…