News

Daniel Sperling : « Marseille n’est pas épargnée par le risque islamiste »

Adjoint au maire de Marseille chargé du numérique et du mieux vivre ensemble, Daniel Sperling est candidat pour les prochaines élections régionales. Il figure en 7ème position sur la liste « ça va changer » de Christian Estrosi, avec Renaud Muselier en tête de liste dans les Bouches du Rhône.

Lev Haïr : Marseille est désormais identifiée comme un phare du numérique ; quel bilan tient l’adjoint au numérique que vous êtes, depuis l’obtention du label French tech ?

Daniel Sperling : « Les objectifs que nous nous étions fixés ont été atteints avec l’obtention du label French tech. Je me réjouis de la qualité des échanges entre les neuf porteurs de projets d’accélérateurs et le Comité de pilotage d’Aix Marseille French Tech. Je salue l’implication des start-ups et des réseaux d’accompagnement qui ont fait montre de dynamisme entrepreneurial dans notre territoire. Enfin, je veux souligner la réussite des French Tech Weeks, symbole du potentiel extraordinaire de la filière numérique. A présent, mon souhait est de poursuivre sur cette lancée. C’est à ce titre que j’ai fait appel à plusieurs cabinets pour un audit des opportunités de financements européens concernant les appels à projets 2015/2016. Il faut donc à tout prix nous entourer de professionnels ayant une expérience du montage des dossiers de demande de subventions européennes afin d’aboutir rapidement à des projets et à l’obtention de cofinancements d’ici le premier semestre 2016 ».

Lev Haïr : L’essor de la Smart City n’est-il pas un handicap pour le respect de la vie privée ?

Daniel Sperling : « Bien au contraire, elle en est le garant, dans la mesure où la Commission Nationale Informatique et Libertés soutient le développement de l’économie numérique et accompagne ses acteurs à tous les stades d’avancement de leurs projets. La préservation de la vie privée passe automatiquement par la prise en compte des problématiques informatique et liberté en amont, sans risque de peur lié à un potentiel effet « Big Brother ». L’un des enjeux de notre futur proche repose en une conception optimale des systèmes et services qui intègrent la « Privacy By Design », la protection intégrée de la vie privée. Elle repose sur la prise de mesures préventives et non correctives, la protection de la vie privée dans la conception des systèmes et des pratiques ».

Lev Haïr : De plus en plus de juifs font le choix de l’alyah. Quel discours un élu ayant aussi des fonctions au niveau communautaire peut-il tenir par rapport aux thèmes de la sécurité, de l’éducation ?

Daniel Sperling : « L’alyah ne peut qu’être le fruit d’une décision mûrement réfléchie, pour répondre à l’appel d’une terre qui est chère à tous les juifs du monde. Les responsables politiques que nous sommes savent apporter aux juifs de notre région tout le soutien nécessaire. L’ensemble de notre communauté sait faire face, elle l’a prouvé ces dernières années. Néanmoins, avec la mondialisation du terrorisme, Marseille, communauté symbole du vivre ensemble, n’est pas épargnée par le risque islamiste. Sa communauté juive, 3ème d’Europe, constitue une cible privilégiée. En ces heures graves j’incite notre communauté à faire preuve de vigilance.

D’autre part, j’ai une pensée toute particulière pour les victimes des attentats perpétrés à Paris, le 13 novembre dernier. Face à l’horreur barbare de ces attentats, on peut s’interroger sur notre vie au quotidien. Je me dis aujourd’hui que l’avenir est devant nous. De la libération des camps de concentration nazis jusqu’à la recrudescence des actes antisémites depuis les années 2000, les différentes générations de notre communauté ont maintes fois fait preuve d’une capacité de résilience hors du commun. A ce titre, nous devons raison garder pour faire en sorte d’être toujours debout, toujours en réaction face à cette dimension pessimiste dans laquelle certains, comme le Front national, veulent nous faire tomber. Nous devons au contraire rester réalistes, rester mobilisés, même si nous avons le cœur lourd, même si nous sommes responsables. L’état de droit ne doit jamais faillir et au contraire être renforcé. Je suis sûr que nous trouverons les solutions en nous pour résister. C’est dans cet esprit que le 20 novembre, au Stade Vélodrome, j’ai participé, en compagnie de chefs d’entreprises, à une manifestation majeure, le D-Day. Organisé par la société Treeptik, elle portait sur les solutions informatiques et numériques ».

Propos recueillis par Aline Barbero

Pour plus d’informations : http://www.daniel-sperling.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Magazine mensuel gratuit consacré à l’information culturelle et cultuelle de la communauté juive de France. Une nouvelle approche rédactionnelle moderne à travers des rubriques pratiques de la vie quotidienne (En direct d’Israël, Mode, Santé, Bien-être, beauté, psycho, Education, Couples, cuisine, culture…) son histoire et ses acteurs…