News

Jérusalem – Visite guidée à travers le temps Par Guitel Ben-Ishay

 Le 28 Iyar est la date anniversaire de la libération de la partie est de Jérusalem. Chaque année le Yom Yeroushalayim nous rappelle l’héroïsme de nos soldats pendant la guerre des Six Jours, les bontés de D’ de nous avoir permis de retourner prier au Kotel.

Aujourd’hui, Jérusalem compte plus de 800,000 habitants dont les 2/3 sont Juifs. Les principales institutions étatiques y ont leur siège et même si la communauté internationale rechigne à le reconnaître, elle est bel et bien redevenue notre capitale éternelle. Si cette ville est si unique c’est qu’elle renferme dans ses rues, dans ses pierres, dans ses bâtiments, toute l’histoire depuis Avraham Avinou jusqu’à nos jours. Elle est au carrefour de toutes les religions, de toutes les civilisations. LPH vous transporte dans un voyage à travers le temps avec comme accompagnatrice la guide spécialiste de Jérusalem, Talia Cohen. Elle nous fait traverser les époques et nous précise les lieux à ne pas manquer.

 

Les premières allusions à Jérusalem

Talia Cohen commence sa visite par l’époque d’Avraham Avinou : « On trouve des allusions à la ville de Jérusalem dans les textes dès cette époque. La première est l’évocation du Mont Moriah lors du sacrifice d’Itshak. La seconde est lorsqu’Avraham rencontre Malkitsedek, Roi de « Shalem ». On peut en déduire qu’à cette époque déjà se dressait là une ville gouvernée par un roi ». Mais la véritable vie à Jérusalem commence lorsque sera découverte la source d’eau appelée Gui’hon puis plus tard Shiloa’h. Cette source est visible aujourd’hui à Ir David dans la Vieille ville de Jérusalem.

 

Du Roi David au Second Temple

Une visite de Ir David vous donnera un aperçu très complet de ce qu’était la vie à Jérusalem depuis le règne du Roi David jusqu’à la destruction du Second Temple. En effet, toute l’histoire de la ville commence dans ce que l’on appelle aujourd’hui la Vieille ville. Sur place, on peut y voir les ruines du palais de David ainsi que des vestiges correspondant à la fin de la période du Premier Temple. « Ir David renferme les fouilles archéologiques les plus anciennes. On peut y voir les murailles, le système d’eau le plus impressionnant en Israël de cette époque. C’est à la fin de la période du Premier Temple que la ville de Jérusalem s’étend hors de Ir David pour rejoindre Har Tsion. Ce sont les prémices du quartier juif ». Sur place, on peut constater les marques de la destruction du Premier Temple, on peut voir la muraille construite par Ézéchias, des vestiges de maisons de notables dont les sceaux ont été retrouvés avec des noms correspondant à ceux cités dans le Tana’h.

L’époque du Second Temple est symbolisée par la muraille d’Ezra et Néhémie. À cette époque, les Grecs dominent Jérusalem, c’est l’histoire des Hashmonaïm (Hanouka) qui ont construit, eux aussi, une muraille visible par-dessus celle d’Ézéchias. À cette période, pour la première fois le système d’eau est amélioré, il arrive désormais dans la partie haute de Jérusalem, ce qui est aujourd’hui Armon Hanatsiv. « C’est une très jolie balade à faire », précise Talia, « on peut marcher dans les tunnels depuis le Shiloa’h jusqu’à Armon Hanatsiv et se rendre compte du travail pour alimenter en eau toute cette partie de la ville ».

 

 

La période d’Hérode

Talia explique que la moitié des vestiges que l’on peut voir aujourd’hui dans la Vieille ville de Jérusalem datent de cette période. « Les tunnels du Kotel, le Merkaz Davidson sont de cette époque. D’ailleurs même si les tunnels du Kotel semblent plus passionnants, je vous conseille vivement de visiter le Merkaz Davidson, c’est impressionnant. On peut y voir la rue principale de Jérusalem qui date de la fin du Second Temple. À cet endroit on trouvait les magasins, les mikvés, les escaliers pour se rendre sur le Har Habayit. Par ailleurs, dans les tunnels du Kotel, ce qui est intéressant, c’est de constater la grandeur des pierres qui témoignent de l’immensité des constructions d’Hérode ».

À découvrir aussi les maisons du quartier juif construites à cette période. « Il faut distinguer d’une part le quartier d’Hérode dans lequel vivaient les riches : on trouve dans ces maisons des mosaïques, des étages. On suppose que les cohanim y vivaient en raison du grand nombre de mikvés qui s’y trouvent. Par ailleurs, il faut visiter aussi la « maison brûlée », Beit Katros, qui abrite des objets de la vie quotidienne de l’époque. Dans cette maison aussi on peut visionner un film qui raconte l’histoire de cette famille au moment de la destruction du Second Temple.

 

La période romaine

« Nous passons maintenant à l’époque romaine après la destruction du Second Temple. Le ‘Hanion Guivati à l’entrée d’Ir David est un site à visiter. Il témoigne de la grandeur des projets romains et donc de la ville à cette époque. Près de là, on peut aussi apercevoir la grotte d’Ézéchias. Par ailleurs, à côté de la porte de Damas, se trouve ce que l’on appelle « Shaar Romi », là où les gardiens romains étaient postés. Sur les pierres on voit encore gravés les jeux avec lesquels ils s’occupaient pendant leur service et l’on peut aussi observer les chambres où ils dormaient ».

 

L’époque byzantine

« Le Cardo est la rue principale de l’époque byzantine », poursuit Talia. « Par ailleurs, on trouve encore dans la Vieille ville des églises d’époque. À cette période commence l’attachement de l’Islam à Al Aqsa. Je vous invite à visiter dans le Merkaz Davidson les palais des deux grandes familles musulmanes : Homaï et Abbas. L’histoire juive aussi se développe parallèlement. À ce moment, c’est le Mont des Oliviers qui devient le cœur de cette vie juive ».

 

Les Croisades

Dans la Vieille ville, vous pourrez trouver différents lieux chrétiens rappelant cette période. « Les Chrétiens ont alors donné des noms aux lieux qui n’avaient aucun lien avec la période. Ainsi Migdal David n’est pas relié à l’époque du Roi David, tout comme les Écuries du Roi Salomon », explique Talia.

 

Les Mamelouks

Après les Chrétiens, ce sont les Musulmans qui vont entamer leur domination. Les Mamelouks étaient des esclaves militaires musulmans qui se sont affranchis et ont conquis, entre autres, Jérusalem. « Comme ils devaient prouver qu’ils étaient de bons Musulmans, ils ont beaucoup construit à Jérusalem, ils ont refait tout le quartier musulman en le relevant sur des arches, ce qui est encore visible aujourd’hui », explique Talia. « Je vous conseille de vous promener le long de la Via Dolorosa : on peut y admirer les belles constructions mamelouks ».

 

L’Empire Ottoman

Au 16e siècle, Jérusalem est intégrée à l’Empire ottoman. « Les murailles de la Vieille ville telles que nous les connaissons aujourd’hui datent de la domination ottomane. Elles ont été construites par Souleiman le Magnifique ». « Le quartier juif, rova yehoudi, porte aujourd’hui encore les traces de cette époque turque, avec notamment les quatre synagogues séfarades ».

« Faisons un saut dans le temps pour arriver au 19e siècle. C’est là que commencent les constructions hors de la Vieille ville. Les Juifs commencent à monter en masse à Jérusalem, déjà avant les premières alyot russes. Je pense, notamment aux élèves du Gaon de Vilna dont les descendants sont ceux qui ont réellement construit Jérusalem. On date à 1860 véritablement la sortie des murailles. À cette époque, les Européens comprennent que l’Empire ottoman décline et commencent à placer leur pions au Proche-Orient. À Jérusalem, cela se traduit par la construction de grandes églises. Ce sont d’ailleurs les Chrétiens qui, les premiers, sortent des murailles de la Vieille ville, pour construire des lieux de culte. Les Juifs aussi vont sortir avec la naissance du quartier de Mishkenot Shaananim, puis Nahalat Shiva, Nahlaot et ce qui est aujourd’hui le Shouk. Je vous conseille de faire tout ce chemin à pied. La Mairie a posé des plaques bleues rappelant les faits historiques sur les lieux symboliques. Une autre rue à observer plus en détails : Haneviim, c’est le début de la période anglaise ».

 

Les Britanniques

En 1922, Jérusalem passe sous mandat britannique. La ville se développe à partir de ce qui s’était fait au 19e siècle. À voir : le musée Rockfeller, surtout pour son aspect extérieur magnifique. « Au 20e siècle, ce qui est intéressant c’est de comprendre comment chaque quartier de la ville s’est développé : quartiers juifs, quartiers arabes, quartiers mixtes ».

 

De l’indépendance de l’État à la réunification de Jérusalem

De nombreux édifices sont à visiter en relation avec cette période. « À commencer par le musée « Levad Al Ha’homa » dans le Cardo qui retrace l’histoire de la guerre d’indépendance », précise Talia. « Évidemment, cette époque nous amène à Har Herzl, mais aussi à la Knesset qu’il est facile de visiter ou encore la Cour Suprême, monuments symboliques de la souveraineté israélienne ».

Jérusalem porte aussi encore les stigmates de sa division. « Vous pouvez visualiser la ligne de démarcation en vous promenant à partir de Armon Hanatsiv, la tayelet (l’ONU), puis le quartier de Abou Tor. Ensuite, on peut visiter le musée Harakevel (hôtel Har Tsion), terrain stratégique de la Guerre des Six Jours dans la libération de Jérusalem est. On peut aussi aller faire un tour au Musée du kav hatefer sur la route 1, en face des grands hôtels. Puis se rendre sur la colline des Munitions (Guivat Hata’hmoshet). Ces lieux sont très représentatifs des combats pendant la guerre des Six Jours. Enfin, le cimetière du Mont des Oliviers libéré à cette occasion est un lieu à visiter aussi notamment pour les nombreux personnages importants du 20e siècle qui y sont enterrés comme le Rav Avraham Itshak Hacohen Kook, le Rav Shlomo Goren, Menahem Begin ou encore Shay Agnon, entre autres ».

 

Voilà pour ce voyage à travers les époques un petit aperçu des lieux les plus symboliques. Beaucoup méritent encore d’être découverts. Jérusalem : un lieu où sans arrêt nous avons rendez-vous avec notre Histoire !

 

Pour aller plus loin :

Talia Cohen

Tél : 054-5575035

Mail : talia.cohen1@mail.huji.ac.il

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Magazine mensuel gratuit consacré à l’information culturelle et cultuelle de la communauté juive de France. Une nouvelle approche rédactionnelle moderne à travers des rubriques pratiques de la vie quotidienne (En direct d’Israël, Mode, Santé, Bien-être, beauté, psycho, Education, Couples, cuisine, culture…) son histoire et ses acteurs…